ANCIEN HOPITAL

 

Etape 1-2
Toiture, façades et cour intérieure - appartement sud

 

Projet : 2008-2013
Réalisation : 2009-2013
Projet et DT : Marcantonio _architectes

 

Description

Lauréats d’un petit concours sur invitation nous avons été mandatés pour la rénovation et la restauration de cet immeuble de 1327. L’étude préliminaire demandait de repenser le bâtiment dans son ensemble. Plusieurs appartements vétustes seront rénovés ainsi que la toiture, la façade et la cour intérieure et son escalier en molasse. Le projet s’est réalisé en trois étapes :
1. Toiture, façades et cour intérieure
2. Appartement sud
3. Appartment nord
4. Cabinet dentaire


Historique

Dans la littérature, il est mentionné que l’hôpital existait déjà en 1327. Il était essentiel à la ville médiévale, à la fois hospice pour les malades ou hôtel pour les pèlerins ou encore maison de retraite pour les vieillards. A partir de 1327, le bâtiment s’agrandit pour occuper tout l’espace entre la Grand Rue, la muraille méridionale et la rue des Alpes. On mentionne également l’existence d’une chapelle qui fut probablement désaffectée après la réforme. Entre 1721 et 1724, on confie la restauration de l’immeuble et plus précisément de la façade a l’architecte bernois Abraham Düntz. En 1723, on remplaça les escaliers à peine terminés, considérés comme peu commodes, grâce à l’intervention des entrepreneurs et architectes de Morat, Tissot et Jaccod. La maison de l’ancien hôpital est sans aucun doute l’un des bâtiments les plus intéressants de la Grand-Rue. Le bâtiment est constitué de deux corps séparés par une cour intérieure et reliés par une très belle cage d’escalier ouverte avec arcades sur cour. Cet escalier « rattrape » les niveaux qui ne correspondent pas entre les deux parties. La façade sur rue est d’inspiration classique avec encadrement des fenêtres en molasse, dans la tradition de la fin du XVII siècle tandis que la façade côté jardin est de facture beaucoup plus modeste.


Etape 1: Toiture, façades et cour intérieures

La façade en molasse était recouverte de plusieurs couches de peintures. La première à l’huile. Il a été décidé de les décaper afin de recommencer avec l’application d’un système de protection cohérant à la chaux-caséine. Les parties endommagées et les joints ont été au préalable travaillées par le tailleur de pierre. Les avant-toits et les boiseries ont été traités à la peinture à l’huile de lin. Les façades crépies au ciment on subit un traitement plus brutal. L’entière couche de crépis a été enlevé pour laisser place a un nouveau crépis à base de chaux teinté dans la masse, selon une recette des Monuments et Sites.


Etape 2: Appartement sud

La typologie claire de l’appartement à permis une rénovation douce. La cuisine et la salle de bain ont été entièrement redistribués et refaits et les autres locaux ont bénéficié d’une attention particulière quant au choix des matériaux ; ancien planchers poncés et vernis mat, crépin fin à la chaux etc. La façade au sud a volontairement gardé son côté simple et secondaire selon proposition des Monuments et Sites.


Etape 3: Appartement nord

Comme pour l’appartement sud, la typologie ici est claire et la distribution des locaux reste inchangée. Le murs crépis à la chaux, gris chaud et les parquets en chêne exaltent la lumière qui pénètre depuis la façade nord et ouest. Dans la cuisine qui donne sur la cour, le sol est en céramique mate gris clair et les murs et plafonds en blanc pour faire ressortir les meubles de cuisine en anthracite, blanc cassé inox et chêne.


Etape 4: Cabinet dentaire

Le projet d’un appartement a été abandonné en cours de chantier pour créer un cabinet dentaire. Les données ne sont pas les même et il a fallu rivaliser d’ingéniosité pour parvenir a faire passer toutes les conduites . D’une part nous avons posé une dalle mixte bois béton, soit une couche de béton armé de 10 cm fixé par des connecteurs aux solives existantes. D’une part on améliore la flexion des planchers et de l’autre on peut noyer les conduites. L’autre astuce a été celle de réinterpréter les grandes plinthes en augmentant l’épaisseur apparente et ainsi y faire passer des conduites électriques et sanitaires.

 

 


 


 

 

 

 

TOP

RETOUR